Art amérindien, inspiré de la nature!

Art amérindien, inspiré de la nature!

Inspiré de la tradition et des éléments de la nature, l’art amérindien est caractérisé par l’authenticité. Bien que les supports et les formes varient d’une culture à l’autre l’esprit du respect des ancêtres et de l’environnement demeure. Ces thèmes sont donc représentés dans la sculpture sur pierre et sur bois, à travers les bijoux ou encore par le biais d’objets utilitaires tels que les calumets, les tenues ou les armes, entre autres. Cet art est présent dans divers cultures amérindiennes : les Inuits, les Iroquois, les Navajo, les Hopi etc…


MyArtMakers - Art amérindien - Famille Indienne

MyArtMakers – Art amérindien – Famille Indienne

Les trois grandes familles originaires du Nord-Est américain sont inuites, algonquiennes et iroquoїennes. Elles sont caractérisées par un art où les animaux, les scènes de chasse et de cueillette sont omniprésentes. Les représentations sont souvent très proches de la réalité et les couleurs utilisées assez naturelles.

L’art  amérindien: sculpture, bijoux et vêtement

La sculpture sur pierre, les mocassins, les capteurs de rêves (ou attrapes-rêve), et une grande variété de bijoux comptent parmi les spécialités artistiques spécifiquement amérindiennes. L’utilisation du cuir, des plumes, de la fourrure, des griffes et des dents d’animaux comme matière première dans leur art et leur apparat est une pratique courante donnant à cet art une singularité

Animaux et symboles autochtones

Les animaux les plus populaires de cette grande famille sont le loup, l’ours, le chevreuil, le renard, le castor, le lynx, le loup marin, le corbeau et l’aigle. L’inukshuk, littéralement «  comme un homme  », est également un symbole récurrent développé par les Inuits pour s’identifier et se repérer dans le désert arctique. Ces animaux représentées sont souvent des modèles totémiques en lien avec la religion amérindienne.

L’art du Sud-Ouest des États-Unis

Sur le territoire des Etats-Unis, nous retenons l’art du sud-ouest issu des cultures Navajo, Zuni et Hopi. Tapis, fétiches, kachinas, peinture sur sable ainsi que bijoux d’argent et de turquoise sont des exemples de la richesse et de la variété de leur art. La turquoise fait partie de la cosmologie amérindienne, il est donc normal que cette pierre soit récurrente dans les créations nord-américaines. Cette pierre semi-précieuse serait associée à certaines propriétés curatives et plusieurs carrières sont exploitées dans le sud-ouest des Etats-Unis depuis au moins deux millénaires. Elle est considérée par les Navajos comme un morceau du ciel tombé sur la terre.  Spirituellement guidés par l’harmonie intrinsèque à la nature, ces amérindiens vénèrent également le coyote, le cheval, le bison, le puma, le serpent, l’aigle et le corbeau. Ils accordent une importance spéciale aux quatre points cardinaux.

L’art amérindien remonte à la dernière époque glaciaire il y a environ 80 000 à 12 000 ans. De nos jours, les objets d’art comptant parmi les plus anciens retrouvés et présentant une forme de qualité esthétique remontent à environ 5000 ans.

MyArtMakers - Art Amerindien - Totems de Vancouver

MyArtMakers – Art Amerindien – Totems de Vancouver

L’art préhistorique amérindien : des œuvres encore méconnues

L’art dit « préhistorique » de cette région du monde de part son ancienneté reste peu connu. De plus, la découverte de cet art varie suivant les régions. Bien que les premiers contacts avec les colons remontent au XVIèmes, les premiers nations de la côte ouest rencontrent les premiers colons qu’au XVIIIème s.

Les représentations varient beaucoup  stylistiquement en fonction de la région et de l’évolution créative.

Ces mutations s’accélèrent presque partout au Canada après l’an 1000 av. J.-C. suite à : l’apparition de l’agriculture et de la vie de village organisée dans les forêts de l’Est des États-Unis et finalement au Mexique, où les civilisations du Nouveau Monde se développent de façon indépendante de celles de l’Ancien.

Art de l’époque postérieure à la prise de contact

L’art de l’époque postérieure à la prise de contact ou « historique » au Canada est bien connu, grâce surtout aux spécimens que les explorateurs, les marchands, les missionnaires, les artistes et les spécialistes recueillent, dont ils font des croquis, sur lesquels ils écrivent depuis plus de 300 ans et qui se trouvent maintenant dans divers musées du monde entier. La distribution et le caractère culturel des groupes autochtones au début de la période de contact servent habituellement de fondement à la division de l’art autochtone en diverses régions, mais cet accent sur le « présent ethnographique » conduit à une perspective figée du temps, une vue erronément étroite de la profondeur historique du temps, de la diversité et de la richesse de l’histoire de l’art autochtone.

On peut classer l’art autochtone de l’époque postérieure à la prise de contact au Canada en sept divisions régionales : le subarctique de l’Est (l’est du Bouclier canadien), le subarctique de l’Ouest (l’ouest du Bouclier canadien et le bassin hydrographique du Mackenzie), le sud des Grands Lacs et la vallée du Haut-Saint-Laurent, les Prairies (le sud du Manitoba, de la Saskatchewan et de l’Alberta), le Plateau (l’intérieur du sud de la Colombie-Britannique), la côte nord-ouest (la côte de la Colombie-Britannique) et l’Arctique (le littoral arctique et les îles près du littoral à l’est de Terre-Neuve).

MyArtMakers - Art Amerindien - Croquis Amérindien

MyArtMakers – Art Amerindien – Croquis Amérindien

Cet article vous a plu ?

Retrouvez les autres articles du MAG MyArtMakers sur les mouvements artistiques !

Leave a Reply